Focus sur les Maladies Inflammatoires de l’Intestin (MICI)

La journée mondiale des MICI – ou maladies inflammatoires de l’intestin -, le 19 mai, est l’occasion de mettre en lumière ces pathologies encore peu connues du grand public. Le but est de sensibiliser la société et les pouvoirs publics face aux grands enjeux de ces maladies : accélérer la recherche, améliorer l’accès aux soins et aux traitements et faire de la prévention.

L’EFFCA, la fédération européenne de lutte contre les MICI, coordonne chaque année une action de mobilisation européenne et mondiale. Pour l’occasion, des monuments emblématiques comme le Colisée de Rome ou le pont du Gard s’illuminent en violet, couleur de lutte contre les MICI.

Les MICI, des maladies méconnues du grand public

Les maladies inflammatoires chroniques de l’intestin sont des maladies rares. Elles regroupent essentiellement deux pathologies : la maladie de Crohn et la recto-colite hémorragique.

Localisation des maladies chroniques de l'intestin MICI
Source photo : C.R.E.G.G

Elles se caractérisent toutes les deux par l’inflammation de la paroi d’une partie ou de l’ensemble du tube digestif due à une dérégulation du système immunitaire intestinal. Les patients vont alors être confrontés à des poussées inflammatoires de durée et d’intensité variable qui s’alternent avec des phases de rémission. 15% des crises sont sévères et dans certains des cas, leur intensité peut imposer une hospitalisation, l’arrêt de l’alimentation et un traitement par perfusion pendant quelques jours.

La maladie de Crohn peut toucher tous les segments du tube digestif (de la bouche à l’anus) mais se localise le plus souvent au niveau de l’intestin.

Dans la recto-colite hémorragique, l’inflammation affecte le rectum et le colon de manière plus ou moins diffuse.

Des symptômes handicapant la vie quotidienne

Les causes des MICI sont à ce jour non identifiées. En effet, leur origine semble être une combinaison complexe de plusieurs éléments :

  • facteurs environnementaux
  • susceptibilité génétique du patient
  • réactivité particulière du système immunitaire

Les différents symptômes lors des poussées inflammatoires contribuent aux tabous qui entoure ces pathologies. Ils sont caractérisés par :

  • Des diarrhées nombreuses et parfois sanglantes
  • Des douleurs abdominales
  • Une atteinte de la région anale (fissure, abcès)
  • De la fièvre
  • Une grande fatigue
  • De l’anémie, des carences vitaminiques et une fuite des protéines pouvant aboutir à un état de dénutrition 
Illustration sur les symptômes des maladies chroniques de l'intestin MICI

Par ailleurs, des symptômes extra digestifs peuvent apparaître, notamment des manifestations rhumatismales, oculaires et/ou cutanées.

Une absence de traitements curatifs

Ces symptômes altèrent lourdement la qualité de vie des personnes concernées. A ce jour, il n’existe pas encore de traitement pour guérir. Toutefois, des médicaments permettent, la plupart du temps, le contrôle durable des poussées et une qualité de vie satisfaisante en soulageant les symptômes. Quelque soit le traitement médical retenu, il s’agira d’un traitement au long cours et qui nécessitera un suivi médical à vie.

Une chirurgie est indiquée en cas de complication ou lorsque le malade résiste à un traitement. En effet, des interventions sur l’intestin grêle, le colon, le rectum ou l’anus peuvent être nécessaires. Elles se décideront en collaboration avec l’équipe de gastro-entérologie en charge du patient.

Enfin, des règles de vie à adopter peuvent parfois améliorer les symptômes et éviter des traitements plus lourds :

  • un arrêt complet du tabac
  • une alimentation équilibrée
  • un temps de sommeil suffisant
  • une activité physique régulière
  • voire des pratiques complémentaires (yoga, ostéopathie, sophrologie, acupuncture)

Un grand nombre de personnes touchées

On estime à 2,5 millions le nombre de malades en Europe, dont plus 200 000 personnes atteintes en France d’après l’Inserm. Ces maladies peuvent être diagnostiquées à tout âge avec un pic chez les jeunes adultes (20-30 ans). Néanmoins, 15% des cas concernent les enfants. Enfin, les MICI sont le plus souvent présentes dans les pays industrialisés, notamment en Europe du Nord-Ouest et aux Etats-Unis.

Infographie sur les chiffres-clés des maladies chroniques de l'intestin MICI

Sources :